Jeanne d'Arc à la découverte de Rome

Découverte de Rome et pèlerinage aux sources de la chrétienté.

 

« JEANNED’ARC » A LA DECOUVERTE DE ROME

 

 

            Vendredi 3 février : c’est avec une certaine effervescence que quarante-trois jeunes de 4ème et 3ème  et leurs accompagnateurs du Collège Jeanne d’Arc se sont mis en route à destination de la “Ville Eternelle”. Pour tous ces jeunes, il s’agissait d’une première découverte de la ville de Rome : vingt-huit siècles d’histoire présents dans la ville…

 

            Samedi 4 au matin, nous étions au pied de la place du Capitole. Au programme de la journée : la Rome baroque.

           

Les yeux écarquillés, nous avons pu admirer la place du Capitole conçue par Michel-Ange. Les statues de Castor et Pollux nous attendaient en haut de l’escalier et, au centre de la place, la statue équestre de Marc Aurèle. Quelques centaines de mètres plus loin, nous avons pu assister à la relève de la garde au monument dédié à Victor-Emmanuel II et qui abrite le tombeau du soldat inconnu. Puis ce fut la découverte de la piazza di Spagna : ses magnifiques escaliers permettent d'accéder à l'église de la Trinità dei Monti. Nous nous sommes ensuite rendus à la fontaine de Trévi rendue célèbre par Felini dans le film “La dolce vita”. Chacun a bien sûr été fidèle à la tradition, jetant une pièce dans la fontaine afin… de revenir à Rome !

            La Rome baroque c’est aussi le Panthéon. En 609, l'édifice, temple dédié à l'ensemble des dieux durant l'Antiquité, devient une église chrétienne dédiée à Sainte-Marie-aux-Martyrs.

            La Rome baroque c’est encore la piazza Navona construite sur les ruines du stade de l’empereu Domitien et qui abrite trois fontaines, dont la fontaine des Fleuves que l’on doit au maître sculpteur italien Gian Lorenzo Bernini, dit le Bernin… le même que l’on retrouvera le lendemain…

            En cette fin d’après-midi, déjà des souvenirs plein la tête et des merveilles plein les yeux, les jeunes se préparent à célébrer l’Eucharistie en l’église Saint-Louis-des-Français toute proche ! Ils y sont accueillis par le recteur des lieux et par l’abbé Vercoutre du diocèse de Lille, en poste à Rome, qui était venu nous rejoindre pour concélébrer avec l’abbé Loyez accompagnateur du groupe. Cette célébration a permis aux jeunes de vivre l’Eucharistie dominicale de manière anticipée. Ils ont pu participer pleinement par les lectures, les prières,… puisqu’il n’y avait pas là l’obstacle de la langue !

           

 

            Dimanche 5 février : le Vatican et la Basilique Saint-Pierre. Que d’émotion en marchant sur les traces de millions de personnes anonymes et en découvrant toutes les merveilles abritées par la Basilique Saint-Pierre… Impressionnant le baldaquin du Bernin… Saint-Pierre, qui en a « perdu » ses orteils tellement nombre de personnes lui ont assuré fidélité… Le silence de nos jeunes en dit long… Mais, vite, il va être l’heure de l’Angelus : nous avons rendez-vous avec Benoît XVI ! Pour tous c’est un moment fort : jamais encore nous n’avons vu le Saint-Père “en vrai”… Et il y a toute cette foule autour de nous… l’Eglise Universelle. Tous se joignent à la prière: l’émotion est grande. Elle le sera plus encore quand, en français, le Saint-Père saluera les pèlerins francophones et particulièrement lorsque nous l’entendrons s’adresser ainsi à notre groupe: “Je vous salue cordialement, chers pèlerins francophones, et notamment les jeunes et les enseignants du collège Jeanne d'Arc de Cambrai, vous invitant à maintenir vive en vos cœurs la présence du Seigneur, pour aimer toujours davantage notre Père des cieux et pour vivre en enfants de lumière, dans la vérité, la solidarité et la fraternité avec tous. Avec ma Bénédiction apostolique.” Espérée mais inattendue cette attention du Saint-Père pour notre Collège, nos jeunes, notre Communauté Educative. Ce moment a vraiment été le sommet de notre pèlerinage, nul ne l’oubliera, c’est certain. Jeunes et adultes ont eu du mal de réaliser qu’il s’agissait bien d’eux…

Après le pique-nique, autre moment fort : nous nous rendons dans la crypte de la basilique Saint-Pierre. Là chacun peut se recueillir sur la tombe de Jean-Paul II : simple dalle de marbre blanc portant simplement l’inscription latine “Ioannes Paulus PP II” et en dessous “16 X 1978 – 2 IV 2005”, les dates de son élection au pontificat et de sa mort.

            L’après-midi à la Villa d’Este (à Tivoli) permettra à chacun d’intérioriser ces moments très forts : le murmure de l’eau, le beau soleil… propices à la méditation…

 

 

            Lundi 6 février : la Rome Antique. Découverte des ruines des thermes de Caracalla : construits au début du III° siècle, vraiment impressionnantes ! Nous sommes frappés par ses dimensions et avons du mal à imaginer les 1600 baigneurs qu’ils pouvaient accueillir…

            Le Colisée… encore et toujours du grandiose… 45 à 50000 spectateurs pouvaient s’y retrouver pour assister à des combats de gladiateurs mais aussi y voir périr nombre de martyrs chrétiens… Le Forum Romain… L’église Santa Maria de Aracoeli et ses 124 marches…, immense ex-voto construit sur le lieu où la Vierge serait apparue à Octavien - devenu ensuite César Auguste - et où la sibylle de Tibur lui aurait annoncé la naissance du Christ, un homme plus grand que lui. Les Romains, en construisant cette église au lieu et place d’un temple dédié à Junon, voulaient remercier le Ciel d’avoir épargné la ville de l’épidémie de peste de 1346. Le plafond à caissons de bois de cette église fut offert en ex-voto par Marcantonio Colonna, l’un des artisans de la victoire des Turcs à Lépante le 7 octobre 1571 (origine du culte à Notre-Dame du Rosaire comme chacun le sait).

            Ce soir là, avant de reprendre le bus pour rentrer, il nous faut prendre notre pique-nique, le temps est beau mais le vent glacial… Et il était prévu de manger dehors. Or, la Providence veille, nous sommes accueillis par le Père Fausto, père franciscain de l’église “Saint Quirico et Giulitta”, qui non loin de là nous ouvre une salle paroissiale où nous pouvons nous restaurer. Il propose aussi, et tous les jeunes acceptent, de participer à l’Eucharistie qu’il célèbre comme chaque soir. Cette fois, la messe est en italien mais, familiarisés avec la langue (!) nous n’aurons aucun mal pour comprendre et suivre la liturgie. Clin d’œil de la Providence que cette rencontre inattendue mais ô combien chaleureuse ? Sûrement !

 

            Tous ont le cœur en fête et ne sont pas près d’oublier ce voyage de découverte de la civilisation romaine qui a été surtout un vrai pèlerinage aux sources de la chrétienté avec des moments très forts nous incitant à maintenir vive en [nos] cœurs la présence du Seigneur !

Les jeunes à l'heure de l'Angelus Les jeunes à l'heure de l'Angelus  

Article publié par Collège Privé Jeanne d\\\'Arc • Publié Jeudi 16 février 2006 - 11h21 • 2121 visites

keyboard_arrow_up